Orgue de Mattaincourt 

Orgue neuf de 1876, par Jaquot-Jeanpierre

Réparations par Jacquot-Lavergne  en 1959.

20200715_174716.jpg

Le devis Jaquot-Jeanpierre du 18 juin 1959 commence par la phrase : « un petit orgue a été construit en 1802, et restauré en 1860 ». Mais d’où tiraient-ils ces données ? De fait, il y a eu un petit orgue à la basilique, et même parfois plusieurs à l’occasion des fêtes du Bienheureux Pierre Fourier. Placé à l’origine à la tribune du clocher, il fut déplacé lors de l’installation du grand-orgue actuel, en 1876, et installé sur une tribune du transept ou dans le chœur. Henri Didier fit un devis de réparation en 1891, mais on ignore s’il vint à exécution.

 

            Finalement, le petit orgue fut démonté en 1921, et la commune fut autorisée à le vendre à la maison Jaquot, le remplaçant par un harmonium en 1924-1925. Jaquot le revendit à l’organiste Corrigeux, de Chanteheux, près de Lunéville en Meurthe et Moselle, où l’on perd sa trace. Lors de la consécration de la basilique, le 7 juillet 1853, les frères Claude prêtèrent l’orgue destiné à Biffontaine, à titre promotionnel.

 

            Le grand orgue fut construit par la maison Jaquot-Jeanpierre, de Rambervillers. Le marché du 24 janvier 1874 s’élevait à 13 800 fr, sans le buffet, qui fut commandé à Auguste Husson, menuisier et sculpteur d’art à Frain, près de Lamarche. Le curé insista pour que l’on pose un Cornet au grand orgue et que l’on remplace la Clarinette 8’ du Récit par un Bourdon 8’. Posé à partir du 20 mai 1876, l’instrument fut inauguré le 7 juillet 1876 par Romary Grosjean, organiste de la Cathédrale de Saint Dié desVosges. La prédication y fut assurée par l’abbé Joseph Régnier « chanoine honoraire de Saint Dié »

 

            Au cours de son histoire, l’orgue n’a subi que peu de transformations. En 1919, il fut reculé vers l’arrière et la soufflerie fut déplacée dans une pièce à droite de l’orgue, pour laisser plus de place à chorale. Des dommages de guerre, dus à la destruction des vitraux durant la seconde guerre mondiale, furent réparés en 1959 par la maison Jaquot-Laverge, de Rambervillers . A cette occasion, la Voix Humaine 8’ du récit fut déposée dans un carton, non remplacée par un autre jeu. La proposition de l’abbé Chaudeur de poser un jeu indépendant à la pédale, une Contrebasse 16’, fut abandonnée pour des raisons financières.

 

            Durant l’année 2013, des travaux de relevage ont été réalisé par la Manufacture de Rambervillers. Nous n’avons aucune trace écrite de ces travaux.

 

Extrait de l’inventaire des orgues de Lorraine – Tome Vosges – pages 374-375 – Christian LUTZ

Accouplement II/I

Tirasse I et II

Appel d'anche du GO

Trémolo